A PROPOS DU BIOPAMA?

Le Programme pour la biodiversité et la gestion des aires  protégées (BIOPAMA) vise à lutter contre les menaces à la biodiversité dans les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifque (ACP), tout en réduisant la pauvreté dans les communautés aux alentours et dans les aires protégées. Plus précisément, le programme permettra d'améliorer  l'accès aux meilleures sciences et connaissances disponibles pour consolider le travail des institutions et  des réseaux existants et renforcer les capacités en vue  d’améliorer la politique et prise de décision en matière de conservation de la biodiversité, de la gestion des aires protégées, et l'accès et le partage des avantages.

Le BIOPAMA est une initiative du  Groupe ACP financée par l'Union européenne. Le BIOPAMA est constitué de deux composantes :
               1. La composante des aires protégées (mise en œuvre conjointement  par l'UICN et l'EC-JRC), qui comprend :
• Renforcement des capacités des institutions et organismes régionaux et nationaux, et gestionnaires des aires protégées.
• Amélioration de l'accès et de la disponibilité des données sur la biodiversité par la création d'observatoires régionaux et des systèmes d'information pour améliorer la prise de décision.
               2. La composante accès et partage des avantages (ABS) mise en  œuvre par l'Initiative des capacités de développement des multi- donateurs ABS gérée par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH.

POURQUOI LE PROGRAMME POUR LA BIODIVERSITÉ ET LA GESTION DES AIRES PROTÉGÉES (BIOPAMA) ?

Des réseaux d’aires protégées efficacement gérés et bien conçus sont un outil essentiel pour la conservation de la biodiversité et la préservation des services écosystémiques. Dans certains cas, ils peuvent aussi permettre d’améliorer les moyens d’existence des communautés locales, jouant ainsi un rôle sur la réduction de la pauvreté.

Les pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP) hébergent une très grande part de la diversité biologique et culturelle de notre planète. À l’heure actuelle, un grand nombre des 35 points chauds de la biodiversité du monde sont situés dans les pays ACP – dont huit dans les pays d’Afrique. Au total, ces pays réunissent presque 2,2 millions de kilomètres carrés d’aires protégées gérées par l’État, les communautés, ou autres. La protection et l’utilisation durable de ces ressources peuvent aider à réduire la pauvreté et même offrir des avantages pour les zones urbaines et les communautés distantes des aires protégées. Pourtant, malgré les efforts des gouvernements, le taux de perte de la biodiversité dans les pays ACP ne diminue pas, en partie du fait de capacités humaines et institutionnelles limitées pour faire face aux problèmes de conservation et d’utilisation durable de la biodiversité.