LA COLLABORATION ENTRE L’UNIVERSITÉ SUD-AFRICAINE SUR LA VIE SAUVAGE ET LE BIOPAMA PROFITE AUX AIRES PROTÉGÉES ET AU PERSONNEL DE LA CONSERVATION
16 Sep 2015
News story

L’Université sud-africaine sur la vie sauvage (South African Wildlife College) est une université unique et dynamique, synonyme d’éducation à la conservation de la nature, de formation et de développement des compétences. L’université s’adresse aux professionnels des aires protégées de toutes sortes, et veille à ce qu’ils soient bien équipés face à des enjeux et problématiques en perpétuel changement. Reconnaissant le lien entre aires protégées et gestion des ressources naturelles, l’université adopte une approche globale qui prend en compte les relations communautaires, la résolution des conflits, la planification des projets et le contrôle financier. Suite à la formation proposée par le BIOPAMA en Afrique orientale et australe, l’Université ajoute désormais à son programme de renforcement des capacités une formation aux facultés de négociation.

L’Université cherche à garder sa pertinence face aux besoins de la région, et a participé cette année à un programme de formation pour formateurs : Formation aux facultés de négociation pour les professionnels, organisée par le Programme pour la biodiversité et la gestion des aires protégées (BIOPAMA). Les parties prenantes ont été formées à l’Approche des gains mutuels dans la négociation, une approche que Mme Van der Walt, Conseillère senior à l’Université sud-africaine sur la vie sauvage et participante à cette formation pour formateurs, juge « très utile pour l’Université car nous formons un grand nombre de personnes qui interagissent avec les communautés dans tous les parcs nationaux de la région, où le besoin en facultés de négociation est très fort ».

Peu après avoir participé à cette formation, Mme Van der Walt a précisé : « Intégrer ce type de formation serait très bénéfique en termes de facultés de communication. Ce sera un instrument supplémentaire que la formation offre aux participants lorsqu’ils se rendent aux négociations ». Elle a fait part de la volonté de l’Université d’inclure également l’Approche basée sur les gains mutuels dans le cadre du Programme de gestion communautaire des ressources naturelles, lequel est axé sur les moyens d’existence des populations. Cela deviendra bientôt une réalité car l’université a d’ores et déjà planifié cette formation.

La formation à l’université est destinée à ceux faisant carrière dans la gestion des aires protégées, mais aussi aux responsables de la conservation, au personnel de terrain dans les réserves nationales, régionales et privées, et également aux responsables des zones de conservation transfrontalières. L’Université sud-africaine sur la vie sauvage prospère avec l’utilisation d’approches participatives pratiques, utilisées parallèlement aux discussions de groupe et aux conférences. Remarquant la nature dynamique des besoins en formation, l’Université s’est dotée d’un petit groupe de conférenciers, complété d’un personnel externe correctement formé, afin de répondre aux demandes de formation spécifiques.

L’Université possède deux qualifications complètes accréditées par le Département de l’éducation supérieure, et enregistrées auprès de l’Autorité sud-africaine des diplômes : le Certificat supérieur dans la mise en œuvre et le leadership de la conservation de la nature (NQF 5) et le Certificat avancé dans la gestion transfrontalière de la conservation (NQF 6). Les programmes de formation sont constamment révisés en réponse aux analyses des besoins en formation.

À côté de ces qualifications à long terme accréditées, l’Université sud-africaine sur la vie sauvage propose également des formations courtes sur une gamme de sujets liés à la conservation de la nature et à l’environnement. Dans l’évaluation rendue après l’atelier de formation des formateurs, Mme Van der Walt a souligné l’importance de la formation à la négociation, pas seulement pour les professionnels mais également pour les communautés avec lesquels ils travaillent, afin de les autonomiser et de les pousser à négocier en leur nom. Elle estime qu’il était donc nécessaire d’intégrer ce type de formation dans la courte formation phare de l’Université – le Programme de gestion communautaire des ressources naturelles.

Six pays de la région avaient participé à l’atelier de la formation des formateurs organisé par le BIOPAMA début 2015. L’Université sud-africaine sur la vie sauvage est le premier organisme à aller plus loin en organisant sa propre formation sur les facultés de négociation, basée sur la formation du BIOPAMA. 

La formation aura lieu à l’Université sud-africaine sur la vie sauvage du 18 au 24 octobre 2015. Pour plus d’informations et pour vous inscrire, veuillez contacter Marilize van der Walt (marvdw@sawc.org.za).

Share