DERNIÈRES NOUVELLES
Le Samoa progresse dans la gestion des données

Un atelier national pour les parties prenantes des aires protégées, coorganisé et mis en œuvre par le Secrétariat du Programme régional pour l'environnement du Pacifique (PROE) et le Ministère des ressources naturelles et de l'environnement du Samoa (MNRE) a aidé à lancer des mesures visant à améliorer les données et les informations sur les aires protégées du Samoa. En lire plus...

Les îles Kiribati - collaboration pour améliorer l'accès à l'information

Un atelier national à destination des parties prenantes des îles Kiribati s’est terminé ce mois-ci, et permettra de commencer les activités nationales dans le cadre du Programme pour la biodiversité et la gestion des aires protégées. Cet atelier a permis de réunir plusieurs parties prenantes afin de débattre des accords de coordination de niveau national et local pour les aires protégées, qui incluent l’administration et la direction des aires protégées, la vérification des besoins en capacités, l’identification des lacunes dans l’information relative aux aires protégées, l’identification des dépôts actuels de données nationales, et le type de données disponibles et stockées. Lire la suite

Le BIOPAMA: des résultats depuis 2012

Le programme BIOPAMA a été lancé en mars 2012 par le Groupe des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique avec le soutien de l'Union européenne. Le BIOPAMA met en oeuvre des project et demontre des résultats sur le terrain pour une meilleure gestion des aires protégées. Trois partenaires pour la mise en oeuvre, deux composantes (aires protégées et ABS-accès et partage des avantages), trois continents concernés, plus de 400 personnes formées et des milliers d'autres interagissant avec le programme et ses solutions pour une meilleure gestion des aires protégées; découvrez le BIOPAMA et ses résultats dans cette vidéo.

6 December: A side event at CBD COP 13 in México organized by SPREP profiled the Pacific Islands Protected Area Portal, a collaboration with BIOPAMA.
Le PIPAP à la conférences des parties de la CDB

Le Portail des aires protégées des îles du Pacifique (PIPAP) a été présenté à la 13è Conférences des Parties de la Convention sur la Diversité Biologique en décembre 2016 lors d'un événement organisé par le PROE, l'Union européenne et les Etats Samoa, Fidji et Australie. Lire plus

Les activités du BIOPAMA lancées dans le Royaume de Tonga

Une mission d'engagement a été achevée en novembre 2016 au Royaume des Tonga pour lancer les activités nationales du Portail des aires protégées des îles du Pacifique (PIPAP). Il s'agissait de l'une des nombreuses missions menées par les pays pour consulter et mobiliser les parties prenantes clés sur la gestion des aires protégées. Lire la suite

LES RESULTATS DU CONGRES MONDIAL DE LA NATURE 2016 (octobre 2016)

Plus de 10 000 responsables gouvernementaux senior, scientifiques et leaders de la société civile se sont réunis pour le plus important événement mondial sur l’environnement et la nature, le Congrès mondial de la nature de l’UICN, organisé du 1e au 10 septembre à Hawai’i. Le Programme BIOPAMA était bien représenté avec 30 événements et une équipe de 13 personnes sur place. Leurs résultats sont exposés dans un nouveau rapport du BIOPAMA:Visibilité de l’Union européenne et du Groupe Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP) au Congrès de l'UICN 2016.

ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES POUR ATTEINDRES LES OBJECTIFS D'AICHI (27 juillet 2016)

Le Programme BIOPAMA (Biodiversité et gestion des aires protégées) de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) ainsi que d’autres partenaires ont eu la chance de pouvoir se réunir avec les points focaux nationaux pour parler du soutien possible sur ce sujet, et ont pu les aider directement lors de l’atelier sur l’interprétation et la mise à jour de leur situation actuelle quant à la réalisation des Objectifs 11 et 12. Lisez l'article.

LES ÎLES DU PACIFIQUE PUBLIENT DES ORIENTATIONS SUR DES ACTIONS DE RENFORCEMENT DES CAPACITES (10 mars 2016)

La Stratégie et le Cadre d’action régional de renforcement des capacités pour les aires protégées et autres aires conservées 2015-2020 vient d’être lancée. Elle est le résultat d’un effort conjoint entre le programme BIOPAMA du Pacifique, représenté par l’UICN, et des partenaires et parties prenantes régionaux. Ce document stratégique est un outil important pour renforcer les capacités et proposer un ensemble de mesures ciblées pertinentes pour les cinq prochaines années, dans le contexte de la gestion des aires protégées et autres aires conservées du Pacifique. C’est également une ressource significative provenant de la Table-ronde des îles du Pacifique pour la conservation de la nature, qui reflète la nature collaborative de ce forum.

RENFORCEMENT DE LA COOPERATION ENTRE LES GRANDES AIRES MARINES PROTEGEES (17 décembre 2015)

La région des îles du Pacifique est responsable de 10% de la surface océanique mondiale, et abrite les plus grands stocks de thon au monde. Actuellement, les aires marines protégées représentent un peu plus de 2% des océans du monde, et seul 1% est fortement protégé dans des réserves marines où la pêche est interdite. Dans ce contexte, les petits États insulaires du Pacifique dotés d’un immense territoire océanique adoptent une position leader dans le monde en créant et gérant efficacement des grandes aires marines protégées. À leur suite, d’autres États réalisent des promesses similaires.

S'ASSOCIER POUR UNE MEILLEURE INFORMATION SUR LES AIRES PROTEGEES (27 octobre 2015)

Dans la région Pacifique, le Programme pour la biodiversité et la gestion des aires protégées (BIOPAMA) recoupe divers projets nationaux et régionaux ayant des objectifs similaires, notamment pour améliorer les normes de l’information de base sur les aires protégées. Cet élément souligne certains aspects de l’ampleur de l’interaction, du renforcement de la confiance et des preuves des avantages qui sont nécessaires pour mettre en place l’accès à l’information et ses accords de partage, illustré par un exemple spécifique de collaboration entre les projets et les acteurs dans les îles Salomon.

LES PRINCIPAUX FORUMS REGIONAUX FONT AVANCER LE PROGRAMMES SUR LES AIRES PROTEGEES ET AUTRES AIRES CONSERVEES DU PACIFIQUE (24 juillet 2015)

Plusieurs ateliers régionaux et rassemblements dans le Pacifique ont permis d’évaluer et d’améliorer la structure de l’ordre du jour des aires protégées du Pacifique. Ces événements, qui ont pu compter sur la participation de nombreux partenaires, Commissions et Membres régionaux de l’UICN, ont permis de s’engager directement avec les acteurs du Pacifique sur les initiatives du Programme pour la biodiversité et la gestion des aires protégées (BIOPAMA) et ont favorisé la contribution, l’échange et la collaboration.

LES ACTIVITÉS ANTÉRIEURES
PAYS PARTICIPANTS

Îles Cook - Kiribati - Fidji - Îles Marshall - Micronésie - Nauru - Niue - Palau - Papouasie-Nouvelle -Guinée - Îles Salomon - Samoa - Timor -Leste - Tonga - Tuvalu - Vanuatu

CONTEXTE, DÉFIS ET AIRES PROTÉGÉES

Contexte

La région Océanie couvre plus de 100 millions de kilomètres carrés dans l’océan Pacifique. Composés majoritairement de vastes étendues océaniques, les petits États et territoires insulaires du Pacifique représentent seulement 2% de la surface régionale. Le Pacifique abrite trois points chauds de la biodiversité mondiale : la Mélanésie orientale, la Nouvelle Calédonie et la Polynésie-Micronésie, ainsi que plusieurs points « tièdes » de la biodiversité, d’importance régionale.

Le patrimoine naturel de la région comprend de nombreux paysages écologiques : forêts tropicales de montagnes, forêts de brouillard, forêts tropicales de basse altitude, terres boisées ouvertes, savanes herbeuses ouvertes, mangroves et forêts littorales, marais salants, tourbières, lacs et rivières d’eau douce, les écosystèmes marins côtiers, prairies sous-marines, récifs frangeants, barrières de récifs et océans très profonds. Les milliers d’ilots rocheux, d’atolls coralliens et d’îles volcaniques de la région Pacifique abritent un nombre exceptionnellement élevé d’espèces végétales et d’oiseaux qui n’existent nulle part ailleurs. Cependant, les petites îles et leurs habitants ont évolué en isolement et sont naturellement vulnérables face aux nouvelles menaces écologiques, comme les espèces envahissantes et les changements rapides du climat.

Les communautés du Pacifique sont hautement dépendantes des ressources terrestres, côtières et marines, qui font partie intégrante de leur culture, traditions, histoire, modes de vie et moyens d’existence. Toute perte dans la biodiversité a des effets négatifs sur leur sécurité énergétique et alimentaire, sur leur santé et leur richesse matérielle, sur le fonctionnement adéquat des écosystèmes, ainsi que sur les structures sociales et les comportements.

Principales menaces et défis à venir

Environ 10 millions de personnes vivent dans les pays insulaires du Pacifique et les territoires d’Océanie, avec un taux de croissance démographique de plus de 3%. Les déplacements de population, des zones rurales vers les côtes, réduit leur connexion historique et culturelle à l’environnement et aux pratiques traditionnelles de subsistance. 

Les changements climatiques sont indiscutablement la principale menace environnementale de la région. L’augmentation du niveau de la mer, l’intensification des tempêtes et l’acidification des océans modifient déjà les écosystèmes et les modes de vie des humains de façon inquiétante. 

Le suivi de l’impact de la surexploitation des ressources naturelles, comme la pêche en haute-mer ou près des côtes, ou l’exploitation du bois, est déficient. L’augmentation des intérêts miniers terrestres et marins, l’agriculture à l’échelle commerciale et le développement des infrastructures entraînent une dégradation et une perte de l’habitat. Enfin, les systèmes naturels sont également affectés lorsque les espèces envahissantes s’implantent et supplantent rapidement les espèces locales qui luttent déjà contre d’autres pressions environnementales. 

Les ressources humaines et financières pour la gestion des ressources naturelles sont limitées, résultat d’une forte croissance démographique et d’une faible croissance économique. En outre, la taille réduite des gouvernements du Pacifique limite leurs ressources humaines.

Les aires protégées dans la région Pacifique

Quelques pays du Pacifique ont fait de grandes avancées pour atteindre leurs objectifs en termes de création d’aires protégées marines et terrestres. Cependant, la couverture moyenne régionale en termes d’aires protégées est inférieure à l’objectif et ne coïncide souvent pas avec les zones les plus importantes en termes de biodiversité. Le système national de planification pour les aires protégées est limité dans la plupart des pays, et les capacités de gestion et les ressources qui lui sont affectés sont en général limitées. 

Les aires protégées de la région Pacifique englobent diverses catégories de l’UICN, divers modèles fonciers et de gouvernance, et d’autres systèmes effectifs de conservation, et incluent notamment : des réserves nationales officielles et des parcs marins ; des régimes fonciers coutumiers ; des réserves de loisir, de forêts et de patrimoine ; des zones de captage et autres infrastructures ; et des zones sous propriété privée et liée au tourisme. 

Surtout, les communautés de la région, qui ont dans la plupart des cas une propriété coutumière de la terre et des zones côtières et de leurs ressources naturelles, sont un élément central pour gérer intelligemment les ressources. Le vaste réseau d’aires marines et côtières localement gérées est un bon exemple de ce type de pratiques de la conservation. Quelques 12 000 km2 de systèmes de gestion des ressources marines basées sur les communautés, impliquant plus de 500 communautés dans 15 pays et territoires, contribuent aux moyens d’existence et aux objectifs de conservation en se basant sur les connaissances traditionnelles, les régimes fonciers coutumiers et la gouvernance. 

Dans ce contexte de régime foncier coutumier et de ressources gouvernementales nationales limitées, la mise en place d’accords de cogestion convenables sera un élément important pour les pays qui essaient d’atteindre les objectifs de la CDB. Certains pays du Pacifique font à cet égard des progrès impressionnants pour protéger leurs Zones économiques exclusives marines – des zones sur lesquels ils ont des pouvoirs directs en termes de gouvernance.