DERNIÈRES NOUVELLES
Le programme BIOPAMA à l’heure des bilans

Le BIOPAMA a conduit un atelier bilan de l’utilisation des outils de suivi, planification et renforcement des capacités IMET/COMIT avec 11 coaches et des experts clefs du programme à Douala du 17 au 19 novembre 2016. Lire la suite

Le BIOPAMA: des résultats depuis 2012

Le programme BIOPAMA a été lancé en mars 2012 par le Groupe des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique avec le soutien de l'Union européenne. Le BIOPAMA met en oeuvre des project et demontre des résultats sur le terrain pour une meilleure gestion des aires protégées. Trois partenaires pour la mise en oeuvre, deux composantes (aires protégées et ABS-accès et partage des avantages), trois continents concernés, plus de 400 personnes formées et des milliers d'autres interagissant avec le programme et ses solutions pour une meilleure gestion des aires protégées; découvrez le BIOPAMA et ses résultats dans cette vidéo.

Le BIOPAMA après le Congrès de l'UICN 2016

Plus de 10 000 responsables gouvernementaux senior, scientifiques et leaders de la société civile se sont réunis pour le plus important événement mondial sur l’environnement et la nature, le Congrès mondial de la nature de l’UICN, organisé du 1e au 10 septembre à Hawai’i. Le Programme BIOPAMA était bien représenté avec 30 événements et une équipe de 13 personnes sur place. Leurs résultats sont exposés dans un nouveau rapport du BIOPAMA:Visibilité de l’Union européenne et du Groupe Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP) au Congrès de l'UICN 2016.

Mallette pédagogique COMIT - bilingue

La stratégie de développement des capacités du programme BIOPAMA de l’Afrique centrale et occidentale vise à encourager les gestionnaires et administrateurs des aires protégées (AP) à utiliser le Système régional d’information, ou Observatoire régional sur la biodiversité et les aires protégées. Elle préconise pour l’année 2015-2016 la formation de formateurs-accompagnateurs, dénommés « Coaches BIOPAMA des aires protégées » (ou « coaches » dans le présent document) pour inciter prioritairement les gestionnaires des AP et ensuite les responsables au niveau national et régional à comprendre et à utiliser le Système d’information d’aide à la décision dans les processus d’analyse, de planification, de suivi, et d’évaluation de la gestion et de la gouvernance de la biodiversité et des AP. Le présent document est un support didactique destiné à aider les coaches à accomplir leur mission de formation/accompagnement. La publication est disponible en français et en anglais.

Déroulement du programme BIOPAMA en Afrique de l’Ouest

BIOPAMA a été sollicité par l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves pour former leurs agents sur l’IMET (Integrated Management Effectiveness Tool). Une session de formation se déroulera du 4 au 5 avril et sera dirigée par les coaches de l’Observatoire régional des aires protégées originaires du Burkina Faso, du Gabon et de la République du Congo. Cette formation théorique sera suivie d’un appui sur terrain pour les aires protégées de Banco, Comoé, Tai et Sangbé.

Une formation sur l’IMET est prévue à Dakar du 11 au 13 avril avec la participation des représentants des administrations centrales et des conservateurs de 14 aires protégées du Sénégal, de la Mauritanie, de la Guinée et de la Guinée Bissau. Après la formation, les coaches se répartiront au niveau des quatre pays pour y mener un appui de proximité en vue de l’évaluation des aires protégées, ainsi que de l’élaboration des propositions d’amélioration de la gestion.

L'IMET APPROUVE POUR RENFORCER LA GESTION DES AIRES PROTEGEES EN AFRIQUE CENTRALE (27 juin 2016)

La dernière réunion du Groupe de travail sur les aires protégées et la vie sauvage de la Commission des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC), organisée fin mai 2016, a approuvé l’outil IMET (Efficacité intégrée de la gestion) et encouragé les États d’Afrique centrale à s’engager davantage pour la planification, le suivi et l’évaluation des aires protégées grâce à cet outil. Continuez à lire

NOUVELLE PUBLICATION SOUTENUE PAR BIOPAMA MAINTENANT DISPONIBLE EN FRANCAIS

L'Analyse de situation de l’UICN concernant la faune terrestre et d’eau douce en Afrique centrale et de l’Ouest dans la langue française est maintenant disponbible à consulter et télécharger à ce lien.

LA FORMATION POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES POUR L'OBSERVATOIRE POUR LES AIRES PROTEGEES ET LA BIODIVERSITE (30 juin -11 juillet 2015, Niger)

Une récente formation BIOPAMA sur le renforcement des capacités pour l’Observatoire pour les aires protégées et la biodiversité a rendu possible l'analyse de données issues du Complexe WAP, en se basant sur le Formulaire BIOPAMA pour l’évaluation de l’efficacité de la gestion des aires protégées. Ce Formulaire est un outil pour les gestionnaires d’aires protégées, qui peuvent ainsi identifier les principales menaces qui requièrent l’attention de la direction afin d’améliorer l’état de la conservation des parcs.

UNE NOUVELLE DIRECTION POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DANS LES AIRES PROTEGEES POUR LES 10 PROCHAINES ANNEES (03 août 2015)

Une nouvelle stratégie destinée à soutenir les recommandations sur le renforcement des capacités incluse dans la Promesse de Sydney formulée lors du Congrès mondial des parcs de l’UICN 2014 a été élaborée. Le Cadre stratégique pour le renforcement des capacités dans les aires protégées et autres territoires conservés 2015-2025 de la Commission mondiale de l’UICN des aires protégées est le fruit d’un vaste programme d’activités et de consultations mené entre 2013 et 2014, dont le Congrès mondial des parcs de l’UICN 2014 a été le point d’orgue. La stratégie est disponible ici (en anglais).

JOURNEES DES AIRES PROTEGEES D'AFRIQUE CENTRALE (15-19 juin 2015)

L'UICN et BIOPAMA ont participé à la 5e édition des Journées des aires protégées d'Afrique centrale, qui a eu lieu entre le 15 et 16 Juin 2015 à Yaoundé, Cameroun. Les visiteurs du stand UICN ont eu l'occasion d' apprendre plus sur le BIOPAMA et quelles opportunités pour l'engagement existent. L'événement a été organisé par le RAPAC (Réseau des aires protégées d'Afrique centrale) et la COMIFAC (Commission des Forêts d'Afrique Centrale), en collaboration avec le Partenariat pour les forêts du Bassin du Congo.

UN NOUVEAU RAPPORT DE L'UICN TEMOIGNE DU DECLIN DE LA VIE SAUVAGE EN AFRIQUE CENTRALE ET DE L'OUEST (12 juin 2015)

Un nouveau rapport de l’UICN publié récemment et soutenu par BIOPAMA, évalue l’état de la faune terrestre et d’eau douce en Afrique de l’Ouest et centrale et met en relief l’inadéquation des mesures déployées face au déclin rapide de la vie sauvage dans la région. Il est urgent d’améliorer la législation et l’efficacité des actions de protection afin de réaliser les objectifs internationaux en matière de zones protégées et de stopper l’appauvrissement de la biodiversité.

 
LES ACTIVITÉS ANTÉRIEURES
LES PAYS PARTICIPANTS

Bénin - Burkina Faso - Cameroun - Cap-Vert - République centrafricaine - Tchad - Congo - Côte d' Ivoire - République démocratique du Congo - Gabon - Gambie - Ghana - République de Guinée - Guinée-Bissau - Guinée équatoriale - Liberia - Mali - Mauritanie - Niger - Nigeria - Sao Tomé-et- Principe - Sénégal - Sierra Leone - Togo

CONTEXTE, DÉFIS ET AIRES PROTÉGÉES

Contexte

La région abrite de nombreux mammifères en danger critique d’extinction, notamment les éléphants de forêts et les gorilles de montagne. Les habitats de la région sont variés, allant des forêts tropicales luxuriantes du bassin du Congo, la deuxième forêt tropicale au monde, aux paysages désertiques du sud du Sahara.

Malgré une très grande diversité culturelle et environnementale entre l’Afrique centrale et occidentale, il existe de nombreuses similitudes dans la région qui ne datent pas d’hier.

Principales menaces et défis à venir

Le braconnage, comme dans de nombreuses autres régions d’Afrique, affecte un nombre croissant de grands mammifères. Début 2012, le massacre de plus de 300 éléphants dans une seule zone du Cameroun est resté tristement célèbre.

Cependant, nous manquons de données disponibles sur de nombreuses espèces, par manque de suivi adéquat. 
L’intégrité de certains habitats parmi les plus précieux de la région est menacée par l’incursion des industries extractives (pétrolière, gazière et minière notamment), qui deviennent une sérieuse menace même dans les sites classés sur la Liste du Patrimoine mondial, comme le Parc national de Virunga (République démocratique du Congo) et la Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (Côte d’Ivoire/Guinée). 

D’autres sources de destruction d’habitats, comme l’exploitation illégale du bois à l’échelle industrielle dans les forêts tropicales d’Afrique centrale, mènent de nombreuses espèces sauvages au bord de l’extinction. Certaines forêts tropicales, par exemple en Guinée, au Nigéria et au Niger, sont en danger critique de disparition.

Les aires protégées dans la région d’Afrique occidentale et centrale

Le financement durable, le renforcement des capacités pour les responsables des aires protégées, et des stratégies solides impliquant les communautés locales dans la gestion des ressources naturelles sont quelques-uns des défis qui attendent les aires protégées d’Afrique centrale et occidentale. Dans de nombreux pays d’Afrique occidentale, les réserves sont souvent petites, du fait de la forte densité démographique, et les conflits entre les populations et les espèces sauvages sont fréquents autour des frontières des réserves.

Par ailleurs, les réseaux d’aires protégées souffrent de nombreuses lacunes. La plupart des zones fortement déboisées d’Afrique occidentale sont très peu protégées, tout comme d’autres zones à forte valeur en matière de biodiversité, comme le mont Cameroun et les forêts de basses-terres en Guinée occidentale.

Cependant, certains signes sont encourageants pour les aires protégées, comme la création de 13 Parcs nationaux au Gabon en 2002 pour favoriser la protection du bassin du Congo.