Skip to main content

NEWS, EVENT

EASTERN & SOUTHERN AFRICA

Du 17 au 20 avril 2018, près de 70 parties prenantes gouvernementales et non-gouvernementales, originaires de 14 pays d’Afrique australe, se sont réunies à Johannesburg pour l’atelier de lancement de la seconde phase du BIOPAMA.

S.E. l’ambassadeur de l’UE en Afrique du Sud, M. Marcus Cornaro, et le Chargé de programme Environnement et changement climatique du Secrétariat ACP, M. Edmund Jackson, ont présidé l’événement, qui a compté sur la participation active de représentants d’organismes de gestion d’aires protégées et de la vie sauvage, ainsi que d’organisations inter-gouvernementales régionales comme la Communauté de développement d'Afrique australe et la Commission de l’océan Indien.

Opening session BIOPAMA Southern African workshop 2018

Partenariat mondial et initiative du Groupe de pays Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP), le BIOPAMA associe l’expertise sur les aires protégées et la conservation de la biodiversité de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et les connaissances scientifiques du Centre commun de recherche de la Commission européenne.

Doté d’un financement de 60 millions EUR provenant du 11e Fonds européen de développement de l’Union européenne, cette initiative de six ans s’appuiera sur les succès de la première phase du programme en renforçant la gestion et la gouvernance des aires protégées et conservées, grâce à une meilleure utilisation et à un meilleur suivi de l’information et du renforcement des capacités relatifs à la gestion et à la gouvernance.

« Cette initiative souligne l’engagement à long terme de l’Union européenne pour favoriser une prise de décision basée sur la science et suivre les avancées de la collaboration avec de forts partenaires d’exécution », a déclaré S.E. l’ambassadeur de l’UE en Afrique du Sud, M. Marcus Cornaro.

Cette réunion de lancement de quatre jours, organisée autour d’un objectif d’affirmation des principales priorités et attentes régionales, a permis de sécuriser l’adhésion et l’engagement des partenaires du secteur pour faire avancer la mise en œuvre du programme. Le forum a également constitué une occasion intéressante de s’interroger sur les principales problématiques dans le domaine de la gouvernance, de l’équité et de la gestion des aires protégées, et d’identifier les personnes focales dans les institutions concernées pour les différents aspects de la mise en œuvre.

Governments from Southern Africa at BIOPAMA inception 2018

Avec une seconde phase d’exécution lancée en 2017, le BIOPAMA continue à travailler dans les pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique - qui abritent plus de 3 milliards de personnes dont les moyens d'existence dépendent des ressources naturelles. Près de la moitié des Points chauds de la biodiversité du monde, et plus de 9000 aires protégées terrestres et marines, sont situés dans ces pays.

« En tant que principal fournisseur de données, d'évaluations et d’analyses de la conservation depuis 70 ans, l’UICN reconnaît que les aires protégées sont un outil important pour la conservation de la biodiversité et des paysages » a déclaré le Directeur régional de l’UICN pour l’Afrique orientale et australe, Luther Anukur. « L’Afrique australe abrite l’une des plus importantes biodiversité de la planète, c’est pourquoi le BIOPAMA est un programme particulièrement important pour la région » a-t-il conclu.

Technical partners from Southern Africa at BIOPAMA inception 2018

En partenariat avec les parties prenantes et les partenaires régionaux, le BIOPAMA créé et consolide des observatoires régionaux pour les aires protégées en Afrique orientale et australe, en Afrique centrale et occidentale, dans les Caraïbes et dans le Pacifique. Les Systèmes d’informations de référence (SIR) sont l’une des principales caractéristiques des observatoires régionaux : ces outils rassemblent en un seul endroit toutes les informations disponibles sur les aires protégées et les sujets en rapport.

« Les données et l’information sont essentiels, mais uniquement s’ils sont utilisés correctement. Les outils que nous créons par le biais du programme BIOPAMA sont destinés à tous, afin d’utiliser les données et les informations sur les aires protégées pour améliorer la prise de décision, puis franchir le pas de la connaissance à l’action » souligne le Coordinateur du projet BIOPAMA au Centre commun de recherche de la Commission européenne, Stephen Peedell.

Sous le slogan « De la connaissance à l’action pour une planète protégée », le programme est prévu jusqu’en 2023, et inclut une composante d’action innovante - qui est nouvelle dans cette phase, et qui fournira des opportunités de financement pour des actions spécifiques basées sur des sites.

Ce forum vient après l’atelier de lancement dans les Caraïbes, organisé à New Kingston, Jamaïque, en mars 2018. L’atelier de lancement pour l’Afrique orientale aura lieu à Nairobi, Kenya, du 22 au 25 mai 2018.

« Cet atelier était bien organisé, bien structuré et extrêmement bien modéré » s’est réjoui la Chargée de programme senior Alimentation, agriculture & ressources naturelles de la Communauté de développement d'Afrique australe, Mme Deborah Kahatano, qui a conclu : « L’engagement actif continu a rendu le forum concret pour les participants. L’implication des partenaires et de l’équipe du BIOPAMA ne fait aucun doute. »

TAGS: