Skip to main content

NEWS

WESTERN & CENTRAL AFRICA

L’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale (OFAC), cellule technique de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), contribue à améliorer l’efficacité de gestion des aires protégées par le renforcement des capacités des professionnels du secteur de la conservation et la mise à disposition d’un outil d’aide à décision.

Dans le premier trimestre de 2019, avec le soutien du Programme pour la biodiversité et la gestion des aires protégées (BIOPAMA), l’OFAC a organisé une série de formations au Rwanda, Cameroun, Tchad et République centrafricaine pour renforcer les capacités des gestionnaires des aires protégées à produire, générer et collecter les données sur les aires protégées en utilisant l’outil intégré sur l’efficacité de gestion (IMET).

Formations IMET entre janvier et mars 2019 par l'OFAC

L’ outil IMET a été conçu pour soutenir directement les gestionnaires, sur le terrain et au niveau central, améliorer l’efficacité de la gestion des aires protégées et, plus généralement, la conservation de la biodiversité.

L'IMET donne du support à la planification, au suivi et à l’évaluation des aires protégées à partir de l’organisation des informations disponibles et la définition des niveaux de référence. Les analyses qui en découlent peuvent être exploitées à différentes échelles : de l’aire protégée,  nationale ou régionale.

Ainsi, l’outil favorise l’adoption d’une approche proactive axée sur les résultats qui facilite la planification, l’analyse de l’état de conservation et la visualisation des paramètres pour évaluer l’efficacité de la gestion sur les objectifs de conservation.

La série de formations offerte par l’OFAC a eu pour objectifs :

  1. promouvoir un recyclage des professionnels déjà formés à l’utilisation de l’outil IMET pendant la première phase du programme BIOPAMA (2014 – 2017),
  2. offrir une opportunité de formation aux conservateurs et cadres de l’administration centrale des pays qui n’avaient pas participé à la première phase, à savoir le Rwanda, la Guinée Équatoriale, la République Centrafricaine, São Tomé et Principe et le Tchad, et 
  3. faire une évaluation de la version améliorée de l’outil (IMET 2.0) pour s’assurer que les changements apportées répondent effectivement aux besoins exprimés au cours des utilisations de la première version.
Participants à la formation au Tchad (représentants du Tchad et du Cameroun)

L’approche retenue lors de ces formations est l’apprentissage-action, de façon à ce que le développement des capacités soit intégré dans l’utilisation directe de l’outil sur des cas concrets par les groupes de travail, et la réalisation des exercices pratiques et discussions en groupe tout en valorisant les expériences de chaque participant dans le domaine de la conservation.

Le renforcement des capacités commence par un dialogue basé sur une série de questions liée aux défis et objectifs d’une gestion ciblée en amenant les participants à comprendre l’approche axée sur les résultats. Les exercices pratiques passent par le remplissage du formulaire IMET, mais aussi couvrent des aspects logistiques et organisationnelles nécessaires pour l’application de l’outil sur un site spécifique. Des notions importantes telles que la gouvernance, le partenariat, la cogestion, les services écosystémiques,  le cycle de gestion d’une aire protégée etc. sont aussi abordées.

A la suite de ces formations, l’OFAC continuera à offrir un service d’accompagnement pour répondre aux  besoins des pays et des partenaires dans la sous-région.

A court terme, le renforcement des capacités des gestionnaires des aires protégées pour collecter, analyser et utiliser les résultats découlant de l´IMET doit contribuer à un processus plus efficace de planification, suivi et évaluation interne des aires protégées.

A long terme, l’initiative permettra d’assurer qu’un nombre significatif d’aires protégées et d’institutions de gestion ou réseaux d’aires protégées de la région de l’Afrique Central puisse bénéficier d’un standard de qualité en terme d’information permettant ainsi d’élaborer des produits de connaissances en vue d’améliorer les politiques et la prise de décision en matière de conservation de la biodiversité, de la gestion des aires protégées.

Participants à la formation à Booli (représentants de la République centrafricaine)
Les prochaines formations:
  • 25 au 27 mars 2019: République Démocratique du Congo
  • 15 au 17 avril 2019: Guinée Equatoriale
TAGS: